Les textes de la semaine : Chabbat HA'AZINU-CHABBAT CHOUVA

Résumé de la Paracha HA'AZINU-CHABBAT CHOUVA

parachasummary


La plus grande partie de la paracha de Haazinou est composé d'un « cantique » de 70 lignes que Moïse transmit au peuple d'Israël, le dernier jour de sa vie terrestre.
Prenant le ciel et la terre à témoins, Moïse exhorte le peuple: « Souviens-toi des jours d'antan, medite les annales de chaque siecle; interroge ton père, il te l'apprendra» (de quelle manière D.ieu a trouvé ce peuple au pays du désert », l'a pris pour Sien , et lui a attribué une terre d'abondance)
Le Cantique met en garde contre les pièges de la prospérité « Mais Yechouroun s'engraisse et se rebelle. Tu deviens gras, replet, bouffi –Il abandonne le D.ieu qui l'avait fait» ainsi que des terribles calamités qui en résulteraient, que Moïse décrit comme D.ieu «détournant Sa face».
Cependant, il promet que D.ieu, à la fin, vengera le sang de ses serviteurs et se réconciliera avec Son peuple et Sa terre.
La paracha se conclut par l'ordre de D.ieu à Moïse de gravir le mont Nebo jusqu'à son sommet, depuis lequel il contemplera la Terre Promise avant de mourir sur la montagne. « De loin seulement tu verras le pays, tu n'y entreras pas, dans cette terre que Je donne aux enfants d'Israël. »

Les quiz de la semaine


1. Pourquoi la Thora est-elle comparée à la pluie ?
2. Comment D-ieu peut-il être à la fois loyal (El Emouna) et sans injustice (Ein AAvel) ?
3. Pourquoi le mérite des ancêtres du peuple juif est-il comparé à une corde (Hével Nahalato) ?
4. Comment le concept de Hillul Hachem (profanation du nom de D.) empêche les nations de détruire le peuple juif ?
5. Pourquoi au verset 32 :44, Yéhochoua est-il nommé Hochéa ?
6. Si Moïse avait parlé au rocher au lieu de la frapper pour qu’il donne son eau, quelle leçon il aurait donné aux enfants d’Israël ?

Commentaire de la Paracha HA'AZINU-CHABBAT CHOUVA

Texte: Dévarim 32:1-52

paracha
L’histoire de notre peuple commence par un chant de triomphe et de liberté sur les bords de la mer rouge et se termine par le chant final de Moise alors que les juifs sont prêts à entrer en terre d’Israël. La victoire sans équivoque sur l’Egypte a laissé place à l’ambiguïté. La survie physique est assurée mais la santé spirituelle est toujours en question. D.ieu et Israël ne se sont pas séparés malgré les déceptions et la colère, mais les frustrations de D.ieu sont claires envers le peuple qui semble comme toujours se chercher, espérant trouver un meilleur lot auprès de dieux et de cultures étrangères. Israël est mal à l’aise avec son statut de peuple sacré et unique, ses obligations de suivre les commandements de D.ieu plutôt que de développer des liens avec ses voisins. C’est contre le gout du peuple pour le banal et l’ordinaire qu’est dirigée la critique de Moise que l’on trouve dans notre paracha : « Est-ce ainsi que tu récompense l’Éternel, Peuple insensé, sans sagesse ! N’est-il pas ton père, ton créateur, Celui qui t’a fait et qui t’a établi ». Les commentateurs expliquent que le rejet de la torah n’est pas lié à l’espoir d’atteindre un but plus élevé mais plutôt au refus d’assumer la mission d’être le peuple de l’alliance. Ce n’est donc pas l’attraction vers un environnement riche qui pousse le peuple, mais plutôt la fatigue de porter le fardeau. Sapé de son énergie, Israël affiche son épuisement spirituel et son scepticisme sur le fait que le monde puisse être racheté.
Dans les derniers mots que la tradition juive attribue a Moise, le prophète des prophètes regarde droit dans l’âme du peuple juif et s’inquiète de son désir « d’échapper à sa liberté ». Il prend à témoin les montagnes et le ciel, l’ensemble des nations et les juifs des générations passées du choix qu’Israël doit faire. Il nous implore de choisir la vie et d’affirmer notre volonté de perpétuer l’alliance ; car dit-il : « ce n’est pas un choix sans valeur pour vous que celui-là : c’est votre vie, et par ce choix vous prolongerez vos jours sur la terre dont vous allez prendre possession en passant le Jourdain ».

d’après David Elcott, http://www.myjewishlearning.com  

Commentaire de la Haftara HA'AZINU-CHABBAT CHOUVA

Texte: Chouva Israël Hochaa 14:2-14:10

haftara
La chanson de David, rendant grâce à D.ieu pour lui avoir accordé sa protection lorsqu’il en avait besoin fournit une description colorée à la fois des épreuves traversés par David et de son triomphe sur l’adversité. Dans un cliché, le pouvoir salvateur de D.ieu est décrit comme s’exprimant au travers de forces naturelles : « Alors la terre fut secouée encore et encore ; les fondements du ciel tremblèrent, ébranlés parce qu’il (D.ieu) était en colère »
Ce verset offre l’occasion à Rabbi Shmuel bar Nahmani de donner son interprétation sur la cause des tremblements de terre. Il voit les bouleversements politiques en termes apocalyptiques : « dans quels cas les tremblements de terre se produisent-ils ? Lors du bouleversement causé par la fin d’un gouvernement et la transition avec un autre ».
A l’époque de l’empire romain en effet, les chaos causés par les transferts de pouvoir étaient souvent violents et les sages qui croyaient fermement au principe de justice « midah k’negued midah » (mesure pour mesure) en étaient venus à considérer les tremblements de terre comme une punition divine proportionnée aux séismes sociétaux causés par l’homme.
On peut toutefois se demander pourquoi ce sage, qui s’est probablement rendu compte qu’il n’y avait pas de corrélation directe entre les tremblements de terre et les bouleversements politiques en est arrivé à une telle conclusion. On peut penser qu'il a voulu formuler une mise en garde destinée à ceux qui provoquent ces bouleversements de leurs conséquences potentiellement terribles.
A notre époque où une insatisfaction profonde à l’égard des structures politiques existantes se fait sentir en maints endroits du monde, causant une instabilité chronique des structures gouvernantes, il est bon de rappeler l’avertissement de Rabbi Shmuel bar Nahmani à ceux qui prônent des changements sociétaux radicaux. Les tremblements de terre ne guérissent rien. Ils ne créent que la destruction et le chaos.

d’après Rabbi Mordechai (Mitchell) Silverstein, http://www.uscj.org.il/commentaries/

Réponses aux quiz

1. V 32 :2. La Thora donne la vie et favorise la croissance (spirituelle) comme la pluie.
2. V 34 :4. Loyal car il récompense les justes et sans injustice car il récompense même les méchants pour leurs bonnes actions.
3. V 32 :9. Car il est comme une corde à 3 brins, qui ne se rompt jamais.
4. V 32 :27. Car les nations feraient dépendre le succès de leur funeste dessein à leur divinité, D. ne permettra pas cela.
5. V 32 :44. Pour nous enseigner que lors de son intronisation à la tête du peuple, il est resté humble.
6. V 32 :51. Le peuple aurait compris qu’il doit obéir à la parole de D. comme le rocher même si lui n’est pas récompensé pour cela.